Critères: faut-il avoir la même vision?

Après mon article sur les critères du monde vs les critères de Dieu, j’aimerais continuer dans la foulée sur le sujet du choix du conjoint en parlant du critère de la vision commune qui est un incontournable des articles qu’on trouve sur le Net, comme « les 5 signes que c’est la bonne personne », « reconnaître son âme-soeur à coup sûr », « comment savoir si c’est l’homme/la femme que Dieu a préparé pour moi », et compagnie.

J’ai souvent rencontré des jeunes femmes qui fermaient des portes à des relations sur cet argument là, et cela ne me semblait pas vraiment justifié. Par exemple, une femme qui rencontrait un gars qui semblait passionné par Dieu mais venait d’un autre pays (il vivait pourtant en France et parlait Français). Il lui plaisait, mais elle me disait: « non, je ne vais pas chercher à le connaître car j’ai à coeur la ville où j’habite, et il va sûrement vouloir habiter ailleurs ». En fait, elle avait trois choses à coeur: sa ville, aider les personnes dans le besoin au niveau social et économique, les arts. Elle recherchait un homme qui avait aussi à coeur ces trois choses. Finalement, ces hommes n’étaient pas trop dur à trouver, puisqu’ils habitaient dans cet ville et participaient aussi au travail social chrétien, mais sur les 2 ou 3 célibataires, aucun ne lui plaisait. C’est un peu bloqué comme situation, non?

Cette situation m’a interpellée car je me suis demandée si ce critère d’avoir la même vision ne pourrait pas devenir un blocage anti-relations et au final anti-mariage. Je me dis qu’au fond on peut toujours trouver un critère spirituel allant à l’encontre des possibilités de rencontre et de couple que Dieu met sur notre route. Et derrière, le problème est plutôt la peur de l’engagement, du mariage, etc. Personnellement, je n’ai eu aucun problème à vivre des amitiés avec des gars chrétiens, communiquer et passer du temps avec eux, tant que cela n’impliquait aucun engagement. Je trouvais ça fun de me dire: « ça pourrait être lui.. ou lui… ou lui… » et j’appréciais d’apprendre à les connaître, je les trouvais géniaux. Mais quand c’est devenu plus sérieux avec la question de marcher vers le mariage… Aïe! Là ça fait peur à mon petit coeur qui a vécu des déceptions, vu ses parents (« chrétiens ») se déchirer en dispute jusqu’au divorce, et je vous passe les détails trop personnels. Et là ça peut devenir très confus dans ma tête, je peux aller lire toutes les listes de critères proposés par les blogs chrétiens pour me rassurer que tout va bien se passer et je ne vais pas être malheureuse dans mon futur mariage ou au contraire me mettre à flipper et me demander s’il ne vaudrait pas mieux arrêter là. Et sur le critère de la vision, je pourrais vite commencer à douter parce que, non, nous ne sommes pas exactement pareils, nous n’avons pas exactement les mêmes rêves.

 

Mais lorsque l’on parle de l’importance d’avoir une vision commune, on parle de quoi au juste?

Nous pouvons avoir une idée de la vision globale que Dieu nous a donnée, et il y a aussi des choses en mouvement, des destinations que nous ne connaissons pas encore, des rencontres et des opportunités que nous ne soupçonnons pas, etc. Dieu est un Dieu de surprise et créativité, quelle joie de se laisser conduire par lui sur des chemins nouveaux et de se laisser surprendre par ses projets! C’est pour cela que nous sommes appelés à nous laisser conduire par le Saint Esprit, dans une direction globale claire mais aussi avec pleins de détours, d’imprévus et de surprises!

 Le vent souffle où il veut, tu en entends le bruit, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour quiconque est né de l’Esprit. (Jean 3:8)

Quelle est la vision clair que vous avez à long terme et que Dieu vous a donné? Et quelle est la part d’incertitude dans laquelle vous laissez le Saint Esprit vous conduire et vous surprendre?

Quand j’ai rencontré Tomas, malgré nos nombreux points communs, il y avait un truc qui me surprenait: il est Tchèque. Non seulement je n’étais jamais allée dans ce pays (où il a vécu toute sa vie sans interruption), mais en plus, malgré mes études de relations internationales, je ne m’étais jamais intéressée aux pays d’Europe de l’Est. En fait je m’étais spécialisée dans l’étude du Moyen-Orient, j’ai fait 4 ans d’arabe et j’ai vécu 2 ans au Liban.

« Mais alors, ça n’a rien avoir! Vous n’avez pas du tout le même appel! »

En fait, six mois avant de rencontrer Tomas, je suis rentrée du Liban pour m’installer à nouveau en France et, Dieu a retiré mon coeur pour le Liban. J’ai trouvé cela bizarre, je ne savais pas que c’était possible. Comme si j’avais terminé ce que j’avais à faire là-bas et que Dieu me préparait à de nouvelles choses. Je n’avais plus du tout envie de retourner vivre au Moyen-Orient et j’étais heureuse de vivre à nouveau dans mon pays. Dans la même période, Dieu a restauré en moi mon coeur pour la créativité et les arts, et j’ai cherché à me reconvertir professionnellement, à apprendre le graphisme. En même temps, j’étais en train de fonder un réseau d’églises de maison dans ma région. Mes perspectives de vie ont donc changé assez radicalement en quelques mois et c’est dans ce contexte que j’ai rencontré Tomas, graphiste et responsable d’un réseau d’églises de maison à Prague.

A posteriori, je trouve ça fort de constater que Dieu a d’abord fait rejaillir mes désirs et rêves d’enfant. Une fois que nous savons qui nous sommes et ce qui bat réellement au fond de notre coeur, nous pouvons entrer dans notre véritable appel et être attirés par ceux qui ont le même coeur.

Plus tard, lorsque nous construisions la relation, Tomas et moi avons pris un temps pour parler vision. Nous avons d’abord fait individuellement un exercice proposé par le livre The Path de Laurie Beth Jones. Dans une liste d’une centaine de verbes, nous devons sélectionner les 10 qui nous parlent le plus, puis les 3. Pareil avec une liste de services et une liste de groupes cibles. A partir des quelques mots sélectionnés, nous devons écrire la mission de notre vie en une seule phrase.

Ce que j’ai beaucoup aimé avec cet exercice, c’est qu’il nous aide à aller à l’essentiel, le coeur de notre mission sur la terre. C’est important de voir ce qui est vraiment important pour nous et ce qui l’est moins. De savoir quelles sont les choses sur lesquelles nous ne pouvons pas faire de compromis et celles sur lesquelles nous pouvons être plus flexibles.

Lorsque nous écrivons la vision de nos vies en une seule phrase, tous les projets qui sont à durée limitée s’évanouissent et on en revient à l’essentiel. Et lorsque nous mettons cet essentiel face à l’essentiel de l’autre, nous pouvons voir si notre marche ensemble sera coordonnée, si nous pourrons nous soutenir et nous encourager dans notre mission sur la terre.

Je crois que, si deux personnes nées de nouveau forment un couple ensemble, ils auront automatiquement la même vision: le Royaume de Dieu. C’est seulement dans le comment qu’ils auront des différences mais, si ils ont le même but final, ils sauront s’encourager et se soutenir dans leurs missions respectives.

Dieu a créé Eve et Adam différents. Ils avaient une mission commune de remplir la terre et la gérer mais, dans cette mission, je pense qu’ils ont pris des responsabilités différentes, car ils avaient des compétences et des goûts différents. Peut-être que l’un est parti explorer les limites, pendant que l’autre a récolté des fruits, l’un a cherché à apprivoiser un animal pendant que l’autre apprenait à grimper aux arbres, etc.

Tomas et moi partageons la même vision globale de vivre et étendre le Royaume de Dieu sur la terre. Dans le comment, nous avons aussi beaucoup de similarités, mais je me réjouis que nous ayons aussi des différences! Qui aimerait se marier avec son clone? 😉

Par exemple, je ne suis pas du tout dans la culture hip-hop, mais je valorise ce que Tomas fait dans le rap et le breakdance, je vois les fruits que ça porte dans l’évangélisation et je veux l’encourager, être présente pendant ses concerts, l’encourager à prendre du temps pour créer de la musique et s’entraîner dans le breakdance, etc. Ce n’est pas mon moyen de construire le Royaume de Dieu, mais au final ça participe à la même vision donc oui, je valorise, j’encourage et je soutiens! Dans l’autre sens, Tomas n’est pas porté dans l’écriture, le blogging et tout ces trucs, mais il m’encourage dans ce que je fais et me fait bénéficier de ses talents en informatique et graphisme quand j’en ai besoin.

Et pour la République Tchèque? J’aime beaucoup ce pays et, pour l’instant, nous ne savons pas où Dieu nous conduira à vivre, mais nous lui faisons confiance!

Il y a dans le coeur de l’homme beaucoup de projets, Mais c’est le dessein de l’Eternel qui s’accomplit. (Proverbes 19:21)

Publicités

2 réflexions sur “Critères: faut-il avoir la même vision?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s