Quand Dieu nous donne une nouvelle chance

Il y a plusieurs attitudes possibles face aux généalogies bibliques. Sauter le passage, lire scrupuleusement jusqu’à s’endormir, chercher des prénoms sympas pour nos futurs enfants, etc. Ce matin, lorsque je me suis retrouvée devant la généalogie de Jésus en commençant l’évangile de Matthieu, j’ai hésité sur la stratégie à adopter. Finalement, je me suis dit que les généalogies sont là pour une raison, surtout celle de Jésus, et j’ai demandé à Dieu de me parler à travers ce passage.

Les généalogies bibliques citent rarement les femmes pour se concentrer sur les pères. Pourtant la Matthieu cite quelques femmes dans les ancêtres de Jésus, et pas n’importe lesquelles !

Tamar, Rahab, Ruth, Bath-Shéba et Marie. L’histoire de chacune est unique et surtout, porteuse d’espoir. Elles ont en commun d’avoir été dans une situation désespérée avant de devenir porteuse d’une descendance qui permettrait la venue du Messie. A travers ces histoires, Dieu nous montre comment il peut « racheter » nos vies, pour que nous ne soyons plus esclaves de nos passés, nos comportements mauvais, nos blessures, nos échecs, etc. Et comment nous pouvons hériter de la vie qu’il nous a promise : éternelle et abondante.  Oui, cela est possible dans le domaine de notre vie affective et relationnelle !

Tamar, belle-fille de Juda, est devenue veuve peu de temps après son mariage, avant d’avoir la chance de tomber enceinte. Bien triste destinée pour cette jeune fille ! La loi juive exigeait que Juda la remarie avec un autre de ses fils afin qu’elle puisse donner une descendance à son mari décédé. Elle se remaria donc avec son beau-frère Onân mais : « Onân savait que les enfants qui naîtraient ne seraient pas de lui. Chaque fois qu’il avait des rapports avec sa belle-sœur, il laissait tomber sa semence à terre pour éviter de donner une descendance à son frère. Son comportement déplut à l’Eternel qui le fit aussi mourir ». Juda promit alors à Tamar de lui donner son fils Shéla quand celui-ci serait devenu adulte, mais il manqua à sa promesse. Finalement, lorsque Juda fut devenu veuf à son tour, Tamar se déguisa en prostituée pour s’unir à lui et devenir enceinte. Quand sa ruse fut découverte, Juda avoua son erreur envers sa belle-fille : « Elle est plus juste que moi ; elle a fait cela parce que je ne l’ai pas donnée pour femme à mon fils Shéla. » Double-bénédiction : elle eut des jumeaux dont Pérets qui devint l’ancêtre de David et Jésus. (Histoire racontée en Genèse 38)

Dieu a utilisé une femme pour qui tout semblait désespérée dès le départ, lorsqu’elle est devenue veuve à peine mariée. Le « destin » semblait s’acharner sur elle, mais Dieu lui a fait justice en lui accordant de pouvoir porter des jumeaux et devenir l’ancêtre de son Fils.

L’histoire de Rahab est plus connue. Dieu montre la grandeur de sa grâce lorsqu’il choisit une prostituée pour devenir l’ancêtre de son Fils. Certes, Rahab était une habitante de Jéricho, mais face aux exploits guerriers des Israélites elle a reconnu : « C’est l’Eternel votre Dieu qui est Dieu, en haut dans le ciel et ici-bas sur la terre ». Elle savait que ce n’est pas la force humaine qui permet de gagner une bataille, mais la force du Tout-Puissant. Elle a donc aidé les Israélites venus espionner sa ville, elle et toute sa famille ont été épargnés, elle s’est ensuite marié à un Israélite (elle s’est donc détournée de la prostitution) et est ainsi devenue l’ancêtre de David et Jésus (Josué 2 et 6).

Peu importe notre passé, si nous reconnaissons que l’Eternel est le seul Dieu, le seul qui assure la victoire, le seul qui nous permettra d’avancer dans notre vie, Dieu peut nous racheter des griffes de l’ennemi (des relations sans lendemain, de la rébellion, de la pauvreté, …) et nous donner une nouvelle vie prometteuse !

Ruth non plus ne faisait pas partie du peuple de Dieu. Moabite, elle a épousé un Israélite installé dans sa région dont elle est devenue veuve très rapidement sans avoir eu d’enfant. Sa belle-mère Rachel, qui n’a plus d’enfant, décide de rentrer sur les territoires Israélites et propose à sa belle-fille de rester dans son peuple et de se remarier. Ruth refuse et sa réponse est frappante : « Ton peuple sera mon peuple et ton Dieu sera mon Dieu ». Elle renonce à la possibilité d’avoir une descendance dans sa patrie pour suivre sa belle-mère pauvre et devenue âgée, elle renonce aux dieux des Moabites pour choisir d’adorer l’Eternel. Dieu va bénir la fidélité de Ruth qui, arrivée dans les territoires hébreux, va être remarquée par un riche propriétaire terrien et se marier. Un livre de la Bible est consacré à l’histoire de cette Moabite qui a tout quitté par la foi et est devenue l’ancêtre de David et Jésus.

Si nous renonçons à tout pour suivre Dieu, il nous comblera au-delà de nos espérances ! Choisissons de lui faire confiance et de le suivre dans Ses territoires, les chemins qu’il a préparés pour nous, même si à première vue, nous ne voyons pas en quoi cela va nous bénéficier.

Bath-Shéba était la femme d’Uri, un vaillant guerrier de David. Ce dernier a commis un adultère avec elle avant d’envoyer son mari se faire tuer au combat. Dieu envoya le prophète Nathan annoncer à David les conséquences de ces actes, notamment la mort de l’enfant dont Bath-Shéba était tombée enceinte suite à cette union. David se repent sincèrement, il reconnaît sa faute et que les jugements de l’Eternel sont justes : « Contre toi, contre toi seul, j’ai péché, j’ai commis ce qui est mal à tes yeux. Voilà pourquoi tu es juste quand tu émets ta sentence, et tu es irréprochable quand tu rends ton jugement » (Psaume 50). La repentance n’enlève pas les conséquences de ses actes : l’enfant meure. Cependant, Dieu pardonne la faute de David et donne à Bath-Shéba, mariée à David, d’enfanter à nouveau. C’est ainsi que né Salomon, qui deviendra roi d’Israël et ancêtre de Jésus. (Histoire racontée dans 2 Samuel 11 et 12)

Lorsque nous reconnaissons nos erreurs et que nous acceptons la justice de Dieu, alors Dieu nous pardonne. Les conséquences de nos péchés demeurent, mais Dieu nous donne une nouvelle chance, il nous fait à nouveau confiance et nous donne une page blanche pour recommencer.

Quand à Marie, elle a dit oui à Dieu pour porter son Fils alors qu’elle n’était pas mariée, au risque de perdre son fiancé et d’être rejetée de sa communauté en tant que femme adultère.  Dieu a envoyé un ange parler à Joseph dans un rêve pour qu’il ne rompe pas leur fiançailles, et c’est ainsi qu’est né celui qui allait… nous racheter.

Comme ces femmes, nous avons tous besoin un jour ou l’autre de notre vie d’être rachetés. Pourquoi ? Car nous naissons esclaves. Nous faisons le mal que nous ne voudrions pas faire et, le bien que nous voulons faire, nous ne parvenons pas à le faire. Nous ne sommes pas libres. Nous aimerions nous marier et aimer la même personne toute la vie, mais nous ne cessons de séduire, être séduits, tromper et être trompés, passer de l’un à l’autre, donner de faux espoirs, vivre une proximité physique hors mariage, perdre l’être aimé, déprimer de notre célibat… Nous sommes esclaves du péché, de nos blessures, de notre amertume, de notre désespoir… La seule façon pour un esclave de devenir libre, est d’être racheté. Jésus a payé par le prix de sa vie pour nous racheter. Il veut nous libérer de nos mauvaises expériences qui se répètent, des malheurs que nos péchés nous attirent (TOUT péché a une conséquence), etc. Si nous reconnaissons notre responsabilité, si nous nous humilions pour demander pardon à Dieu, si nous pardonnons aux personnes qui nous ont blessé, Dieu nous pardonnera et nous donnera une nouvelle chance. Nous ne serons plus des esclaves, mais, adoptés par le Père céleste, des hommes et des femmes libres de ne plus pécher, des rois et des reines héritiers du Royaume de Dieu.

Malgré le contexte culturel qui a beaucoup changé, l’histoire de ces femmes peut nous ressembler. Elles ont toutes faillit demeurer célibataire ou sans enfants pour le restant de leur vie. Parfois à cause de leur propre péché et parfois à cause du péché de tiers. Malgré ces débuts noirs, ces femmes vont vivre des mariages heureux et avoir de longues descendances. Dieu les a même choisi pour s’incarner !

Quelle est la clé de leur succès ? Nous voyons Rahab reconnaître le Dieu des Israélites comme le seul Dieu (le seul en qui nous pouvons nous confier) et changer de vie ; nous voyons Ruth renoncer à ses intérêts personnels par fidélité et amour pour sa belle-mère âgée, quitter ses idoles pour suivre Dieu ; nous voyons David se repentir profondément de sa faute et reconnaître que Dieu est juste alors même qu’il perd son fils ; nous voyons Marie risquer sa réputation et son mariage par obéissance à Dieu.

Est-ce que nous nous repentons de nos fautes ? Est-ce que nous avons reconnu que Dieu est le seul à pouvoir nous accorder des victoires ? Est-ce que nous nous sommes détournés de nos comportements passés par la foi qu’il a de meilleurs chemins pour nous ? Est-ce que nous obéissons à Dieu au risque de perdre tout ce que nous avons ?

Reconnais donc que l’Eternel ton Dieu est le seul vrai Dieu, un Dieu fidèle à son alliance en témoignant de l’amour pour mille générations envers ceux qui l’aiment et qui obéissent à ses commandements. (Deutéronome 7:9)

Le bras de l’Eternel n’est pas trop court pour agir dans nos vies. Si nous lui donnons nos vies, il nous conduira sur des chemins de bénédictions, peu importe nos passés, nos blessures ou nos péchés. Il a payé le prix pour nous donner une vie abondante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s